ICEBERG

Tel un iceberg,
Je ne vois de toi
Qu’une parcelle.
Je devine le reste
Sous la surface du jour.

La mer me communique ton rythme.
Au mouvement qui émane de toi,
Je pressens
L’immensité que tu caches.

Un jour,
Un raz de marée
Fera surgir cette masse.

Il la hissera
Au-dessus des flots,
Il te montrera
Tel que tu es,
Dans toute ta grandeur.

Il te fera connaitre
À tous,
À toi peut-être.