Mère Terre

MÈRE TERRE

Telle une forteresse,
Tu protèges ton monde,
Tes trésors.
Tu élèves des remparts pour parer les menaces.

Tu enveloppes tes petits,
Les berces de ta douce mélodie.
Tu les entoures de tes bras protecteurs,
Les réchauffes de tes mains réconfortantes.
Tu leur parles de tendresse, d’amour.

Dans ton enceinte,
Chacun se sait unique,
Riche de ce qu’il est.
Chacun brille de son éclat particulier,
Intensifiant la luminosité des lieux,
Éclaboussant le monde de sa flamme vivifiante.
Tous participent à la Vie.

Tes trésors,
Tu les gardes jalousement,
Sachant la valeur inestimable de chacun.
Pour eux, tu veux le meilleur.

 

JE T’AIME LA TERRE

Je t’aime la Terre,
Mater,
Ma mère.

Mère nourricière
Tu offres tout ce que tu as,
Tout ce que tu es,
Généreusement,
Totalement.

J’inspire tes beautés.
Tes couleurs,
Tes formes,
Ton souffle, ton amour
Me nourrissent.

Je reçois ta tendresse,
Ta joie,
Ta vigueur.

Je te suis reconnaissante.
Je t’aime,
Mère Terre.

 

TOUT ME PARLE DE TOI

Les cours d’eau, les montagnes,
Les arbres, les plantes,
Les rochers, les falaises,
Les vallées,
Tout me parle de toi.

Tout me dit le soin que tu as pris à créer ce cocon
Qui m’entoure,
À créer ce paradis.

Tu varies les saisons,
Tu fais surgir des montagnes,
Tu creuses des lacs, des rivières.
Tu offres ta douce terre, tes plantes délicates,
Tes précieuses roches, tes tendres mousses.
Tu colores la nature de milliers de teintes et d’odeurs,
Tu saupoudres la voute céleste de poussière d’étoiles.

La Vie s’éveille,
Tes paysages s’animent.
Les arbres dansent sous le vent,
Les lacs frissonnent sous les risées,
L’eau court vers la mer.
Les oiseaux chantent leurs douces mélodies,
Les plantes exhalent leurs parfums enivrants,
Le soleil réchauffe ma peau.
Tout exprime la beauté de ton âme.
Tout exprime ton amour.

Tu attends une caresse, un sourire.
Tu veux la joie dans nos yeux.

Se peut-il que nous soyons aveugles?
Se peut-il que nous ne connaissions pas notre chance?

 

INDIFFÉRENCE

Si belle,
Si douce,
Tu nous offres
Les replis de ton âme,
Tes mille merveilles.
Que ne pouvons-nous t’aimer
Comme tu le mérites?

Inconscients,
Nous allons,
Sans voir, sans entendre,
Sans joie, sans amour.
Nous souillons ce monde.

Petit à petit,
Nos négligences t’étouffent.
Nos indifférences,
Nos mille petites haines te tuent.

Aveugles, nous ignorons tes présents,
Nous refusons de puiser à ta source.
Nous sommes sourds à ton chant,
À ton rythme.

Tu te meurs de notre indifférence.
Nos actes nous entrainent vers une mort certaine.
Tu pleures notre déchéance.
Tu voulais le meilleur pour nous.

Encore l’Amour,
Toujours l’Amour.
Quand comprendrons-nous?

 

TU N’EN PEUX PLUS

Telle une enfant malmenée,
Tu te rebiffes.
Tu n’en peux plus.

Tu grondes,
Tu te soulèves.
Tu pleures.
Tes entrailles se contractent.
Survivras-tu
Seras-tu entrainée avec nous vers la mort?

Ton équilibre est menacé.
Les armes meurtrières t’affaiblissent.
Pourras-tu te retirer à temps,
Soigner tes blessures,
Retrouver la paix,
Exprimer ta beauté
Au-delà des haines?

Inconscients,
Nous te tuons de l’intérieur.
Nous nous tuons.
Nous détruisons ton présent,
Ce trésor offert si amoureusement.

Peut-être comprendrons-nous
Avant qu’il ne soit trop tard.

 

ET SI C’ÉTAIT NÉCESSAIRE…

Et si cette mort était nécessaire,
Pour nous faire comprendre,
Pour grandir,
Pour atteindre cette extase
Que nous cherchons,
Sans jamais trouver.

Il faut changer notre cap,
Cesser de fouiller l’horizon,
Chercher en nous,
Trouver cette étincelle,
Qui s’enflammera,
Allumera un feu
Qui jamais ne s’éteindra.

Il faut se taire,
S’arrêter,
S’éveiller à un nouveau monde.

Il faut tout réapprendre.
Écouter le silence.
Sentir les ondes de l’Univers,
Vibrer au même rythme.

 

ESPOIR

Un fil ténu nous raccroche encore à notre Mère.
Un espoir surgit.

Prenant le temps de voir, d’écouter,
Un rythme à peine audible
Monte de nos entrailles.
C’est le souffle maternel.

Son sang coule dans nos veines.
Elle continue à nourrir la Vie.
Elle n’abandonne pas.
Elle se bat pour que nous vivions.

La pulsation s’intensifie.
Notre âme se meut au rythme
Profond de la Terre.
Nous inspirons la Vie.
Nous expirons ce même souffle.

La joie revient.
Nous exprimons la beauté,
La Vie.
Nous survivrons.
Les liens se tissent de nouveau.
Il faut s’accrocher,
Il faut naitre à la conscience.

Mère Terre,
Nous offriras-tu du temps,
Une nouvelle naissance,
Une nouvelle chance?

 

2 thoughts on “Mère Terre

  1. Je viens de lire ta poésie Jo-Ann, je suis très touchée, c’est magnifique ! Je vibre…de toute cette beauté ! Merci de partager tout cela !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *